"La recherche de la vérité doit être le seul but de notre activité : c'est la seule fin qui soit digne d'elle." Henri POINCARE
 


Présentation
Accueil

Notre généalogie
Chronologie familiale



Comment participer
Vos informations
Vos récits
Blocages dans nos recherches

Entre-nous
Forum
Vous sur le WEB

Pour nous joindre








 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

L'histoire de notre généalogie


Comme préambule à l'histoire générale de notre famille, il est une lettre qui mérite d'être à cette place.
Je la reproduis dans son intégralité.
Elle a été adressée à Jacky fils de Marcel Charpenet par Marie Christine Gouzou fille de Suzette Charpenet.

Madame Gouzou Marie Christine
33800 Bordeaux Bordeaux le 16/08/2000

Chers, cousin cousine
Je me suis souvent aperçu que dans les familles, il y a des choses qu'on ne sait qu'après coup.
Quand les langues se délient, des années plus tard, sous l'effet d'on ne sait quelle loi de
prescription, la mémoire restitue de minuscules détails, de ces petits riens qu'on ne peut inventer, et que le souvenir conserve avec une netteté qui paraît née racoleuse.
Donc tu peux compter sur Frédéric, et nous pour poursuivre, ou plutôt continuer.
Je vous enbrasse à tous à bientôt.

Signé Christine Pierrette Suzette fin de citation

A cela je voudrais ajouter trois citations et une remarque :

Toujours la vérité l'emporte, et par sa seule force.
Le mensonge, lui a besoin d'un complice.
EPICTETE

Pourtant, la vérité sur certains faits, peut, à certains moments d'une vie, entraîner des conséquences qu'il est parfois difficile de mesurer.
De cette incertitude naît l'oubli temporaire de certains "détails".

Que les ignorants apprennent, que ceux qui savent aiment aussi à se ressouvenir.
HENAULT

Nous sommes les héritiers de ceux qui sont morts,
les associés de ceux qui vivent,
la providence de ceux qui naîtront.
Edmond ABOUT

Ici commence la véritable histoire de la famille Charpenet.

J'avais, il y a quelques années commencé la généalogie de la famille Charpenet, mais un incident informatique avait entrainé la destruction de toutes les données.
Ce n'est qu'en juillet 2000, suite à un appel de Suzette Charpenet, avec qui je venais d'avoir une longue conversation téléphonique, que j'ai trouvé la motivation de reprendre les recherches.

Une chose nous a beaucoup intrigué, elle est peut être importante, c'est l'orthographe du nom Charpenet, sur des livres de médecine de Pierre le nom est écrit "CHARPENAY".

Pourquoi l'avoir écrit ainsi, surtout que s'agissant de livres lui ayant appartenu, c'est lui ou quelqu'un de très proche qui l'a noté.

Ces livres sont d'ailleurs dispersés un peu partout dans la famille, ce qui fait que personne ne sait où ils se trouvent, j'espère qu'un jour, ils seront tous regroupés.

Le 25 août 2000, j'ai relevé, ont le téléphone en France :
- CHARPENET 109
- CHARPENAY 168
avec orthographe exacte.

Encore une question sans réponse, CHARPENET ou CHARPENAY, que j'ai eu l'occasion de poser, par le passé, et à laquelle personne n'a pu me répondre.

Pierre Charpenet est né au environ de 1845 où (?) qui étaient ses parents (?), avait il des frères, sœurs (?).

Claude et Guy ont effectué des recherches sur les ascendants, dont je ne possède pas les résultats.

Il a exercé la profession de Médecin à Gardonne, dans les années 1870 - 1880, sa sépulture se serait trouvée à Creysse, d'après Lucien Legrand.
J'aurais plutôt tendance a croire que sa sépulture se serait trouvée à Maurens.

Il a sans contexte laissé une trace auprès des habitants de la région de Bergerac, surtout à Mouleydier.

Il est inconnu de l'Académie Nationale de Médecine à Paris.

De même, sa thèse ne figure pas aux archives de l'Ecole de Médecine à Paris.

J'ignore où il a effectué ses études, pas à Paris, il reste deux facultés possibles Bordeaux ou Montpellier car je ne pense pas qu'il soit allé à Strasbourg.

De ces quatre facultés qui existaient à l'époque, j'ai recherché en vain dans les archives de la région de Bordeaux le nom de Charpenet ou Charpenay et ceci pour les années :
1833-1841 Société de Médecine de Bordeaux
1833-1846 Société Royale de Médecine de Bordeaux
1842-1866 Société de Médecine de Bordeaux
1891-1892 Société de Médecine de Bordeaux.

J'ai interrogé les universités de Bordeaux et Montpellier, j'attends leur réponse.

J'ai entendu aussi récemment, entre autre de Benoit Arnouil, disant que Pierre serait allé aux Etats Unis et qu'il aurait laissé là-bas une descendance.

Pourquoi pas, il y a effectivement des Charpenet aux Etats Unis, sont ils issus de Pierre ?

Je les contacterais un jour pour avoir la réponse à cette question, auparavant il me faut au moins la date et le lieu de naissance de Pierre, ainsi que son ascendance.

Le 15 avril 1871 Charpenet Emile est né à Gardonne

Le 18 novembre 1889 il était domicilié à MAURENS lors de son engagement dans l'armée pour 4 ans, il avait dix huit ans.

Le 18 novembre 1892, il quitte l'armée et se retire à MAURENS.
Son engagement dans l'armée aurait du se terminer le 18/11/1893, il s'est terminé en 1892, pourquoi (?), son père Pierre est peut être décédé cette année là à MAURENS.
Le texte de la circulaire ministérielle est mentionné dans la biographie de Emile.

Pourquoi une rue porte t'elle le nom de Charpenet à Mouleydier, s'agit il bien de Pierre, les récits des anciens de cette ville, dans ma jeunesse tendraient à le montrer, à moins que des terrains aient été donnés à la Ville de Mouleydier en échange d'un nom de rue, j'ai aussi entendu cela.

La rue Charpenet se serait trouvée par le passé à Bergerac et s'appellerait maintenant rue du Palais de Justice, Lucien Legrand vient de me communiquer cette information, aujourd'hui 5/8/2000.

Le 18 février 1893, Emile va résider à St Georges de Monclard.

Le 26 février 1897, Emile se marie à Saint Georges de Monclard son père Pierre est décédé à cette date, comme indiqué sur le livret de famille.

Le 1er mai 1897, Emile va résider à St Germain et Mons, il y était le 5/9/1898 jour de la naissance d'Emilie.

Le 9 septembre 1899, Emile va résider à Mouleydier, il. y était le 1/12/1900 jour de la naissance d'André.

Le 14 septembre 1903, Emile va résider à Creysse, il y était le 7/8/1924, c'est là que vont naître tous les autres enfants.

Le 22 juillet1930 il résidait avec sa femme Elise à Cours de Pile, il demande ce jour là la liquidation de sa pension de retraite.
A Cours de Pile, ils ont habité dans le haut, sur la route qui conduisait du bourg à la gare, qui existait à l'époque près de la Graulhet.
La maison était à droite quasiment entre le bourg du village et la gare, Quand je l'ai connue elle était habitée par un copain du primaire Casagrande dont j'ai oublié le prénom, il avait le même age que moi.

En face se trouvait la maison de Bonamy Yves qui avait épousé une sœur de ma mère.

En 1930, avec
- Emile 59 ans et
- Elise 51 ans
devaient habiter avec eux :
- Gabriel 22 ans
- Hélène 19 ans
- Marcel 16 ans
- Rosette 9 ans
- Jeannette 6 ans
quant aux autres enfants :
- Emilie a 32 ans est mariée à Eugène Legrand et habite Lallaing, le 7/11/1918 naissance de Lucien, elle habite à Creysse.

- André a 30 ans, il s'est marié à Creysse le 23/11/1923 à Jeanne Lagarde, le 4/2/1928 à la naissance de Suzette il habite à Creysse, le 23/11/1934 jour de la naissance de Pierrette il réside à Lalinde, il résidera ensuite à Couze Saint Front.

- Louise a 26 ans, en 1924, jour de la naissance d'Yvette elle habitait toujours à Creysse, elle quitte avec son mari la ferme du Docteur Couderc peu après la venue d'Yvette, pour aller où. ?
Elle a eu une ferme à Prigonrieux à 200 m environ de la route Bergerac - La Force.

Au décès de sa mère Maria Botter, ma sœur Danielle est venue vivre avec eux.
Ils ont ensuite habité dans la maison que René et Yvette avaient achetée à Croux.

Ensuite, vers 1935, Hélène a 24 ans, et a épousé Emile Allier, ils ont habité à La Rochelle pendant plusieurs années, en 1939 naissait Claude.
Cette année là, en 1939 mon père s'est marié avec ma mère, ils ont quitté la Séguinie, pour s'installer comme métayer à Migay.

En 1939, à la veille de la seconde guerre mondiale et après le départ de mon père, qui avait 24 ans, il restait dans la maison familiale :
- Emile 68 ans
- Elise 60 ans
- Gabriel 31 ans
- Rosette 18 ans
- Jeannette 15 ans

Gabriel mobilisé quitte la maison.
Un jour de juin 1940, il est fait prisonnier.

Mon père est aussi mobilisé, il part lui pour l'Algérie à Mers El Quebir.
Il assistera de loin a l'intervention de la flotte anglaise.
Il est démobilisé après l'Armistice, pour être rapatrié en France où il rejoint sa famille à Cours de Pile.

Le dernier membre de ma famille a résider à Cours de Pile est Gabriel, jusqu'à sa mort.

La maison qu'il y possédait a été vendue en viager au fils Bazeille Jean Pierre domicilié à la Conne de Bergerac.

Les autres Charpenet résidaient à leur décès :
- Emilie à Lallaing dans le Nord
- Marie Louise à Croux - banlieue de Bergerac
- André à Couze Saint Front
- Gabriel à Cours de Pile
- Marie Hélène à Prigonrieux
- Marcel aux Galajoux banlieue de Bergerac

A ma connaissance les Charpenet vivants au 14 juillet 2000
- Jacqueline habite à Bergerac
- Suzette habite à Bordeaux
- Pierrette habite à Bordeaux
- Marie Rose habite à La Force
- Marie Jeanne habite à cours de Pile
- Jacques habite à Couze Saint Front
- Jacky Michel habite à Paris
- Alexandrine habite à Paris
- David habite à Paris
- Eugénie habite à Paris

Le 10 novembre 2000, j'ai reçu des archives départementales de la Dordogne :
- Une copie de l'acte de donation d'une parcelle de terrain , à la commune de Mouleydier, par Jean-Jules CHARPENET, pour servir à l'établissement d'une rue.
- La minute de l'arrêté préfectoral du 12 mai 1979 autorisant le maire à accepter cette donation.
Le nom de la rue Charpenet à Mouleydier ne serait pas le faît de Pierre, médecin, mais ferait suite à cette donation.
J'ai adressé le 13 novembre 2000, un courrier à la mairie de Mouleydier pour demander une copie de la délibération du conseil municipal du 17 juin 1877, relative à cette donation.
Ces documents sont consultables avec la fiche de Jean-Jules.

Un nouveau personnage dont je n'avais jamais entendu parler apparaît, qui était-il ?
Le père ou un frère de Pierre ?
En 1877, il habitait à Saint Aubin de Lanquais et possedait une maison à Mouleydier qu'il venait d'acheter avec des terrains le 9 juin 1877.

Le 25 novembre 2000, la mairie de Gardonne m'a adressé sur ma demande une copie intégrale de l'acte de naissance de Emile Charpenet, il est bien né le 15 avril 1871, de Marguerite Roudier et de père inconnu, il s'appelait donc Emile Roudier.
Cette naissance est faite sur la déclaration du sieur Hyppolyte Charpenay, Officier de santé, (pas ET mais AY).
En marge de l'acte de naissance, il est noté :
"Dans leur acte de mariage du 14 octobre 1884, Pierre Charpenet et Marguerite Roudier ont reconnu pour leur fils Emile Roudier, dont l'acte est ci-contre.
En conséquence Emile Roudier s'appellera désormais Emile Charpenet".

Emile Charpenet s'est donc appelé Emile Roudier du 15/4/1871 au 14/10/1884, soit pendant 13 ans.

Pierre et Marguerite se seraient marié avant la mort de Pierre.

Que dire de ces informations, La rue Charpenet n'est pas de Pierre mais de Jean Jules CHARPENET.

Emile est-il le fils de sang ou naturel de Pierre ?
D'après les dires il serait bien le fils de sang.
Que s'est il passé durant ces treize années ?
La famille de Pierre s'est opposée à son mariage et à la reconnaisance d'Emile, par tous les moyens.
Il était inconcevable qu'il épouse une fille qui était domestique de la famille, dont les parents, Pierre Roudier, marin et Marguerite Taulou, sans profession, vivaient dans une roulotte au milieu des bois à Mouleydier, ils étaient selon les dires des "bohémiens".
J'ai demandé à la mairie de Gardonne, une copie intégrale de l'acte de mariage de Pierre et Marguerite.
Se sont ils mariés dans cette ville ?
Si oui pas de problèmes, ils vont me l'adresser, sinon je verrais soit à Mouleydier, soit aux Archives Départementales.
A partir de ce document j'aurais la filiation de Pierre.
Quant à Hyppolyte Charpenay, Officier de santé, pour l'instant l'on ne peut évoquer que la coïncidence, quant au nom.

Le 19 décembre 2000 marque un tournant important dans nos recherches.
Ce jour-là, les archives départementales de la Dordogne m'ont transmis des informations qui clarifient et répondent à un grand nombre d'intérrogations et permettent de franchir la barrriére de Pierre Charpenet père de Emile Charpenet.
Aujourdhui, nous savons l'origine de la rue Charpenet à Mouleydier, nous connaissons les noms des frères et soeurs de Pierre, les noms des père et mère de Pierre, ainsi que les noms des père et mère de ces derniers.
Le lien avec des notaires dans la famille est aussi trouvé.
Nous avons aussi trouvé le lien entre les Charpenet et le village de Charpenet situé entre le Lardin Saint Lazare et Terrasson.
Nos recherches vont maintenant porter sur la descendance des nouvelles personnes identifiées, ce qui ne devrait pas poser de problèmes majeurs.
Par contre pour les ascendants des Charpenet il faudra maintenant rechercher dans les registres paroissiaux des environs de Terrasson, et des années 1760 et avant.
Les difficultés seront nombreuses, du fait des dates moins précises du déchiffrage de l'écriture dans les actes, si un membre de la famille est expert en paléographie, il pourra être d'un grand secours, sinon il faudra faire appel à un professionnel.
A ce jour, 25 décembre 2000, 7 générations de Charpenet sont identifiées.

La chronologie s'établit ainsi qu'il suit au 1er janvier 2001.

Jean BONNARD, Propriétaire cultivateur, né vers 1761 et Marie GIRY née vers 1763 donnent naissance le 23/11/1791 à Marie Anne Madeleine BONNARD à Saint Germain et Mons.

Jean CHARPENET, Propriétaire cultivateur, né vers 1767 et Marie RAYNAUD née vers 1769 donnent naissance en 1797 à Pierre CHARPENET au Village de Charpenet, commune de la Villedieu, canton de Terrasson ; ont t'ils eu d'autres enfants ? avait il des frères et soeurs ?

Marie Anne Madeleine BONNARD se marie avec le sieur GOISSE ou GORSSE vers 1816, elle sera veuve peut de temps après.

Le 20 octobre 1820 à Paris Pierre Charpenet obtient son diplome d'Officier de santé.

Marie Giry a un frère, notaire à Mouleydier en 1822 (inexact il était médecin).

Le 6 mai 1822 Pierre CHARPENET, et Marie Anne Madeleine BONNARD. se marient à Saint Germain et Mons, Pierre habite chez son oncle, Maître Giry, médecin et non notaire à Mouleydier.

De l'union de Pierre CHARPENET et Marie Anne Madeleine BONNARD vont naîtrent quatre enfants :
- Hyppolite Pierre CHARPENET né le 5 février 1823 à Mons, aujourd'hui Saint Germain et Mons, l'acte de naissance ne porte que le prénom de Pierre.
- Jean Jules CHARPENET né le 22/07/1824 à Mons, aujourd'hui Saint Germain et Mons, l'acte de naissance ne porte que le prénom de Jean.
- Jean CHARPENET né le 16/11/1825 à Mons, aujourd'hui Saint Germain et Mons.
- Jeanne CHARPENET née le 26/4/1829 à Mons, aujourd'hui Saint Germain et Mons.

Les descendances de Jean Jules, Jean et Jeanne ne sont pas identifiés à ce jour.

En 1837, CHARPENET Pierre et Marie Anne Madeleine Bonnard sont domiciliés à Saint Germain et Mons.

En 1844 est née à Mouleydier Marguerite ROUDIER, fille de Pierre ROUDIER Marin né vers 1820 et de Marguerite TAULOU, sans profession, née vers 1821, ils habitent à Mouleydier en 1871.

CHARPENET Pierre et Marie Anne Madeleine Bonnard sont domiciliés à Mouleydier en 1851.

Le 14 mai 1851 CHARPENET Hyppolite Pierre obtient son diplome d'Officier de santé à Paris, il est domicilié à Mouleydier le 18 JUILLET 1855.

Le 30 septembre 1869, Marguerite ROUDIER donne naissance à Gardonne à Pierre

Le 15 avril 1871, Marguerite ROUDIER donne naissance à Gardonne à Emile

Le 27 novembre 1872, Marguerite ROUDIER donne naissance à Gardonne à Isidore

Le 9 juin 1877, Jean Jules CHARPENET achète un terrain bati à Mouleydier, il est domicilié à Saint Aubin de Lanquais.

Le 14 juin 1877, Jean Jules CHARPENET céde une parcelle de son terrain, pour établir une rue à Mouleydier, qui portera le nom de CHARPENET.

Le 25 janvier 1879, naissance de Elise POMMIER à Saint Georges de Monclard, fille de Pierre POMMIER né vers 1844 et de Jeanne ROUMIGUIERE née vers 1851.

Le 14 décembre 1884, Marguerite ROUDIER épouse à Gardonne, Hyppolite Pierre CHARPENET qui reconnait Pierre, Emile et Isidore.

Le 18 novembre 1889, Emile CHARPENET s'engage pour 4 ans dans l'armée, il est domicilié à Maurens.

Le 17 novembre 1892 après avoir mis fin à son engagement dans l'armée, il se retire à Maurens.

Le 18 février 1893, Emile CHARPENET est domicilié à Saint Georges de Monclard.

En 1894, CHARPENET Hyppolite Pierre est domicilié à Saint Georges de Monclard.

Le 26 février 1897, Emile CHARPENET épouse Elise POMMIER à Saint Georges de Monclard, CHARPENET Hyppolite Pierre est décédé à cette date.

Le 1er mai 1897, Emile CHARPENET va résider à Saint Germain et Mons

Le 9 septembre 1899, Emile CHARPENET va résider à Mouleydier.

Le 14 septembre 1903, Emile va résider à Creysse, il y était le 7/8/1924, c'est là que vont naître tous les autres enfants.

Le 10 novembre 2000, j'ai reçu des archives départementales de la Dordogne :
- Une copie de l'acte de donation d'une parcelle de terrain , à la commune de Mouleydier, par Jean-Jules CHARPENET, pour servir à l'établissement d'une rue.
- La minute de l'arrêté préfectoral du 12 mai 1979 autorisant le maire à accepter cette donation.
Le nom de la rue Charpenet à Mouleydier ne serait pas le faît de Pierre, médecin, mais ferait suite à cette donation.
J'ai adressé le 13 novembre 2000, un courrier à la mairie de Mouleydier pour demander une copie de la délibération du conseil municipal du 17 juin 1877, relative à cette donation.
Ces documents sont consultables avec la fiche de Jean-Jules.

Un nouveau personnage dont je n'avais jamais entendu parler apparaît, qui était-il ?
Le père ou un frère de Pierre ?
En 1877, il habitait à Saint Aubin de Lanquais et possedait une maison à Mouleydier qu'il venait d'acheter avec des terrains le 9 juin 1877.

Le 25 novembre 2000, la mairie de Gardonne m'a adressé sur ma demande une copie intégrale de l'acte de naissance de Emile Charpenet, il est bien né le 15 avril 1871, de Marguerite Roudier et de père inconnu, il s'appelait donc Emile Roudier.
Cette naissance est faite sur la déclaration du sieur Hyppolyte Charpenay, Officier de santé, (pas ET mais AY).
En marge de l'acte de naissance, il est noté :
"Dans leur acte de mariage du 14 octobre 1884, Pierre Charpenet et Marguerite Roudier ont reconnu pour leur fils Emile Roudier, dont l'acte est ci-contre.
En conséquence Emile Roudier s'appellera désormais Emile Charpenet".

Emile Charpenet s'est donc appelé Emile Roudier du 15/4/1871 au 14/10/1884, soit pendant 13 ans.

Pierre et Marguerite se seraient marié avant la mort de Pierre.

Que dire de ces informations, La rue Charpenet n'est pas de Pierre mais de Jean Jules CHARPENET.

Emile est-il le fils de sang ou naturel de Pierre ?
D'après les dires il serait bien le fils de sang.
Que s'est il passé durant ces treize années ?
La famille de Pierre s'est opposée à son mariage et à la reconnaisance d'Emile, par tous les moyens.
Il était inconcevable qu'il épouse une fille qui était domestique de la famille, dont les parents, Pierre Roudier, marin et Marguerite Taulou, sans profession, vivaient dans une roulotte au milieu des bois à Mouleydier, ils étaient selon les dires des "bohémiens".
J'ai demandé à la mairie de Gardonne, une copie intégrale de l'acte de mariage de Pierre et Marguerite.
Se sont ils mariés dans cette ville ?
Si oui pas de problèmes, ils vont me l'adresser, sinon je verrais soit à Mouleydier, soit aux Archives Départementales.
A partir de ce document j'aurais la filiation de Pierre.
Quant à Hyppolyte Charpenay, Officier de santé, pour l'instant l'on ne peut évoquer que la coïncidence, quant au nom.

A ce jour, 25 décembre 2000, 7 générations de Charpenet sont identifiées.

En juillet 2001, presque un an après le début de nos recherches. Notre arbre commence à s'étoffer, de nouveaux alliés nous ont rejoint ainsi que de nouveaux Charpenet avec de nouvelles ambitions.

Ces nouveaux Charpenet proviennent de nouvelles branches, qui se sont rajoutées par les contacts liés par internet avec :
- Daniel Charpenet - Teillots - 24
- Gilles Charpenet - Saint Germain l'Espinasse - 42
- Claudette Charpenet épouse Forge - Saint Germain l'Espinasse - 42
- Henri Charpenet - Lanouaille - 24
- Madeleine Charpenet épouse Rousset - Briennon - 42
- D'autres Charpenet sont ajoutés par des informations parcellaires récoltées sur différentes sources.

Seuls sont intégrés pour l'instant la généalogie établi par Daniel, vont s'ajouter celle de Claudette et Gilles, puis celle de Madeleine.

De 119 personnes le 24 juillet 2001 nous sommes passés à 434 le 17 août 2001, soit 315 personnes qui sont venues nous rejoindre.

Les recherches sur la branche Dordogne sont au point mort, beaucoup reste à faire, mais à ce stade, les réponses se trouvent aux AD de Périgueux.

Aujourd'hui, l'objectif est de fusionner l'ensemble des généalogies des Charpenet de quelque origine géographique qu'ils soient. Non seulement en alignant des chiffres et des lieux, mais aussi en intégrant pour chaque personnage une note biographie relatant les histoires vécues par lui, et en intégrant des données historiques, économiques, sociologiques qui ont pu avoir une incidence sur sa vie.

Cette aventure n'aura jamais de fin, par contre les souvenirs eux s'effacent, c'est cela qu'il faut fixer définitivement, aujourd'hui.

Toutes les informations en notre possession sur les Charpenet sont fusionnées.
Nous sommes en 2005 près de 3000 personnages.
Certaines données restent à vérifier.
Des Charpenet vivants manquent à notre généalogie, ils seront contactés afin de les voir nous rejoindre.

 
Jcharp@noos.fr